mardi 3 mars 2009

Ma dette

Kedves Olvasóim!
Nem felejtettelek el Benneteket! Ez most egy francia bejegyzés lesz, amiben egy tag-ra válaszolok, ami a könyvekről és az olvasási szokásokról szól. Azon kívül amit láttok, könyveket, nem szól másról mint, hogy olvasol-e a fürdőben, használsz-e könyvjelzőt, hagytál-e már félbe könyvet, hol olvasol szívesen, szoktál-e könyvet venni vagy inkább kölcsönzöd... ilyesmi. Elkezdtem lefordítani, de rájöttem, hogy ha Nektek írok a könyvekről, akkor inkább magyar olvasmányokra kell hivatkoznom, szóval ez nem lenne érdekes ebben a formában. Ugye megértitek!? Te is, Kriszti!?

Je devrais répondre à beaucoup de tags et transmettre quelques prix…

et à Alice aussi…je dois montrer mes lectures.



Alors…

Chère Alice!

J’utilise toujours un seul marque-page. Bon ce n’est pas un visuel très artistique, mais il représente mon librairie où j’avais acheté mes livres français. (au milieu de l’image) J’ai beaucoup de livres que j’avais réçus en cadeaux, par exemple Parole de révolté, d’une fille française, d’Aline qui habite à Kassovie. Elle rigolait parce que je n’ai pas voulu lire les poèmes, juste admirer les images. Quand je parle de mes habitudes quant à la lecture, je peux seulement parler du passé. Je voudrais bien lire, mais depuis plus de deux ans, je n’arrive pas de concentrer. Par contre ça me manque. J’espére que je vais trouver la tranquillité nécessaire à nouveau.




Lire, ce n’est pas une activité aqueuse de ma part, donc je ne lis pas dans le bain. :)

Je préfére le lit. Par contre, quand j’avais fumé et je buvais du café… mes parents ne le savaient pas, j’ai toujours cherché un café où j’ai commis ces crimes en lisant un livre. Mais je ne vais pas fumer à nouveau! :) Et je ne peux pas manger au dessus d’un livre, ni écouter la musique.

Mon livre culte c’est un livre hongrois (Ez mind én voltam egykor-Füst Milán) que j’ai relu toujours, jusqu’au moment où je l’ai prêté… Il est interdit! Jamais! Ce livre a contenu beaucoup de sentences, d’expériences très riches; de la vie, de l’amitié, des morales. On a pu ouvrir et lire n’import d’où, c’était très intéressant. Si je me rencontrais un auteur je n’oserais pas de lui rien dire.



Puisque nous habitons une maison louée je garde mes livres chez mes parents, loin de moi. C’est ainsi que j’utilise la bibliothèque. J’ai toujours des difficultés quant au choix. Je donne beaucoup d’importance á la couverture et au police. S’il s’agit d’un livre que je dois lire pour mes études je ne sélectionne pas, par contre j’ai laissé beaucoup de fois le livre sur l’étagère à cause de son apparence. J’aime beaucoup l’odeur d’un livre, même les différentes sortes des papiers. J’espère que les livres imprimés ne disparaîtreront pas. Si je dois choisir; télé, jeux vidéos ou livre, je choisisserais le livre. Je déteste la télé, les jeux ne m’intéressaient jamais. Actuellement faire les illustrations c’est la distraction pour moi.



Il y a beaucoup de temps que j’avais décidé de lire L’œuvre au Noir de Marguerite Yourcenar. Le dernier livre que j’ai lu c’est Le petit âne blanc de Joseph Kessel. Le roman que j’ai déjá commençé mais je l’ai abandonné plusieurs de fois, c’est Le roi des Aulnes de Michel Tournier. Donc j’attends.

Le premier livre que j’adorais avec l’amour? Les contes de Michel Tournier et son roman sur des trois rois; Gaspard, Melchior et Balthazar. Et Le Prince Heureux d’Oscar Wilde.

Ma question supplémentaire c’est ; Qu’est–ce que tu nous proposes à lire? Et je transmets ce tag à …San-Tooshy, à Sumi, et à Katia. Vous allez trouver les questions chez Alice, ici.

9 commentaires:

Sabbio a dit…

Je suis contente d'en savoir plus sur tes lectures :)

Gwendoulash a dit…

moi aussi :))

matthieu a dit…

salut ojni. Moi je me suis mis à lire assez tard..... je lisais énormément de bd mais maintenant je lis des romans. un beau livre que je viens de découvrir "neige" de maxence fermine. Voilà.

Katia JOYE a dit…

ça y est, j'ai répondu au questionnaire! Merci d'avoir pensé à moi. Pour les crayons de couleur aquarelle je vais peut-être essayer ce week-end et si j'aurai terminer mes croquis d'hibou, peut-être c'est sur eux que me vengerais, hihi.

Anonyme a dit…

(Mich vagyok) Merci de me rappeler l'existence de FÜST MILAN qui fut aussi un poète important; exemple:

Egy egiptomi sírkövön…* (1920)

Élek és kiáltok, hogy halld, – de vajjon még meddig kiáltok én?
S vajjon kinek kiáltok én?
S meghallják-e vaj’ a századok, hogy egy ember élt itt?
S vajjon elbolyong-e jajszavam a századok rengetegében – s nem hal-e el?
S vajjon tovább hullámzik-e a századok fekete tengerében,
Ha majd oly gyengén lejt is egykoron tovább,
Mint nagy viharban kis hullámfodor?
S vajjon kinek kiáltok én, ha más nem érti meg,
Ha senki más nem érti majd, mit mond e jajszó?
S hiába hallja, – ész nem éri fel, hogy mit tanultam én,
Hogy mit szenvedtem és mit láttam én?
Ó mért is szólok hát s mért nem némulok el?
S mért hirdetem egy élten át örök fájdalmamat
S hogy szenvedéseteknek őse én valék!
S mért kell alamizsnát kérnem tőled Átkozott Utókor,
Hogy tekints vissza majd reám az Idők és Szenvedések
S Nagy Viharok rengetegéből, – át hullámon és ködön,
Gondolj egy másodpercre rám, – akár a mord hajós,
Ki nagy viharban siklik át az örvény feketeségén
S szellemszemekkel látja társát ott alant,
Amint az lágy mohára hajtja elfáradt fejét
S gyengéden úgy öleli elfáradt szivéhez
Egyetlen kincsét: az örök éjszakát!

Anonyme a dit…

(Mich vagyok még) Mise en forme en français par Guillevic, du poème ci-dessus de MILAN FÜST,
publiée page 284 de l'Anthologie de la poésie hongroise du XIIe siècle à nos jours (éditions du Seuil, 1962)

Sur une stèle égyptienne

Je vis et je crie pour que tu m'entendes, mais combien de temps clamerai-je encore ?
Et qui donc est-ce que j'appelle ?
Les siècles sauront-ils qu'un homme ici vécut ?
Et mon cri de douleur dans la forêt des siècles
Ne va-t-il pas errer, ne va-t-il pas mourir ?
Roulera-t-il encore sur l'océan des temps,
Fût-ce aussi faiblement
Qu'une légère écume au creux de l'ouragan ?

Qui donc est-ce que j'appelle,
Si nul ne comprend ce cri,
Si nul ne comprend ce que j'ai appris,
Ce que j'ai souffert et ce que j'ai vu ?

Pourquoi parler, ne pas se taire ?
Pourquoi toute une vie clamer ma douleur éternelle, clamer
Que de votre souffrance je suis l'ancêtre ?
Pourquoi, postérité maudite, dois-je te demander
L'aumône d'un regard vers l'arrière, venu
De la forêt des temps, des souffrances, des grands orages
A travers les eaux, les brouillards ?

Pense à moi un instant, comme un marin qui glisse
Le long du gouffre dans la tempête,
Et voici que du fond de l'océan lui apparaît son compagnon:
Sur un oreiller d'algues il a posé sa tête fatiguée,
Il serre doucement sur son cœur las
Son unique trésor: la nuit à n'en plus finir.

(1920)

San-tooshy a dit…

Merci d'avoir pensé à moi ! J'y répondrai quand j'aurai un peu de temps !

krisztina maros a dit…

ó, én nagyon megértő vagyok :) és ezt mind olvastad eredetiben? az a quand mond papa... nagyon izgalmasnak látszik!

Alice a dit…

Chère Ojni,

Un grand merci pour ces réponses ! J'adooooooooore aussi les contes de Tournier ! Surtout Pierrot de la nuit, et puis la fugue du petit Poucet... Je n'ai pas lu l'histoire des 3 rois, je le mets dans ma liste des livres à lire alors.

Pour le Prince Heureux, c'est plus fort que moi : je pleure à chaque fois.

As-tu fini l'œuvre au noir ? Sinon, je crois que c'est un livre qu'il faut absolument lire d'une seule fois... Si tu décroches, laisse tomber et reprends le quand le moment sera venu.

Sinon, UN livre à conseiller ? Le Parfum de Patrick Süskind.

Une bise !